BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » hommage, deuxième partie 2

hommage, deuxième partie 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 hommage, deuxième partie 2 le 03/07/10, 01:24 am

CHERIF Ali


Langue pendue
Les années 60 ont été, partout dans le monde, des années de transistionn politique et sociale.Les indépendances africaines, notamment l'indépendance de l'Algérie, ont vu, après des drames humains inouis, un basculement d'un monde à un autre avec ce que celà implique comme espoir et regression, sentiments entre-mêlés dans une dialectique sans fin. Je me rappelle qu'un jour Mr RULLIER nous lança en classe que le propre de la révolution c'est de tout détruire pour tout reconstruire. Il n'avait pas tort, sauf que pour tout détruire il ne faut qu'un laps de temps très court alors que reconstruire peut durer éternellement!

Au milieu de tous ces bouleversements, le CEG de Bou-Saâda était un hâvre de paix; on y vivait comme hors du temps et de l'espace, dans un pays irréel! C'est cet irréel que nous allons revisiter ou plutot recréer par la pensée; car, comme disait Théodore de Banville:" Les jours se sont enfuis d'un vol mystérieux" et nous voilà, les fringants adolescents d'antan, devenus aujourdh'hui des mamies et papys en quête d'un passé à jamais disparu. En faire le deuil est certes douloureux mais nécessaire. Pour rendre cette étape de notre vie acceptable, venez avec moi, vous mes douces et encore jolies mamies et vous, mes chers et honorables papys; venez, mettons nous en rang au desssus des escaliers qui descendent de l'école primaire vers le CEG situé en contre-bas. Rappelez-vous qu'il y avait- et il y a toujours- une importante dénivellation entre les deux institutions scolaires. Faites appel à vos souvenire, que voyez-vous droit devant vous?

Eh bien! Le KERDADA pardi! Cette montagne rocailleuse, à l'aspect lunaire, bronzant au soleil ardent et s'offrant, nue, au regard d'un ciel si limpide, si bleu, que les couches de l'air déjà chauffé ondulent devant nos yeux. A cause des ravines qui la parcourent ça et là, elle semble somnoler, tel un animal blessé, l'ocre de ses flancs faisant penser à des taches de sang séchées.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: hommage, deuxième partie 2 le 03/07/10, 06:48 pm

Like a Star @ heaven

Salut mon cher Ali,

La parution de ton oeuvre,c'est pour quand??????
Ne tarde pas, les mamies et papys (que nous sommes
devenus) ne pourront plus te lire et parler de toi à leurs
enfants et petits enfants. Je disais cela car nos vues
baissent.....
Pour moi, presque tout ce que tu évoques est dans ma
tête et mon coeur.
Je t'appelle bientôt.
Je t'embrasse très, très, très fort.

eva

Voir le profil de l'utilisateur

3 Pour ALI le 03/07/10, 08:13 pm

jacques


Langue pendue

Te voilà une montagne sans ""aspect lunaire ""pour rafraîchir ta mémoire (si besoin est !!)

Très cordialement . Jacques

Voir le profil de l'utilisateur

4 hommage, deuxième partie 2 le 04/07/10, 12:04 am

Benaziez


Rang: Administrateur
Merci Ali ! C’est un réel plaisir que de te suivre dans cette envolée nostalgique pour rejoindre cet irréel qui pourtant nous l’avons vécu et savouré ses doux moments. Une période charnière que notre jeune enfance a traversé singulièrement sans penser qu’elle marquera de son empreinte l’histoire de notre pays. Un nouveau départ où les souvenirs de cette époque font de nous les derniers témoins d’une fin sans retour et annonciatrice d’un autre jour !!!!


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

5 à mon ami Ali le 04/07/10, 01:11 am

Tu sais Ali Bou-Saada restera pour notre génération la ville de notre enfance où l' on était heureux, c'est le creuset de nos espoirs. La tumultueuse cassure dont tu parles nous la ressentons tous, nous la partageons tous et sa cicatrice restera indélébile.Comme dit la chanson il y a tant d'amour tant de joie tant de peines de larmes et c'est ça Bou-Saada.Lorsque de temps en temps je vais me ressourcer,je commence à larmoyer à l'entrée de la ville,j'ai le terrible sentiment de ne plus pouvoir respirer.Par la suite j'ai l'impression que les murs me parlent ils me racontent une partie de ma vie.Mon Dieu qu'elle était belle notre ville qui maintenant essaie de rapprocher ses enfants et c'est tant mieux.Nous l'aimons comme on aime une maman et nous l'aimerons toujours Bien à toi Moulay.

Voir le profil de l'utilisateur

6 pour mon ami Moulay. le 04/07/10, 10:52 am

CHERIF Ali


Langue pendue
C'est, effet, d'une casssure que je parle; une cassure dont les causes remontent aussi loin que la colonisation et dont nous ne cessons de payer la facture sur tous les plans. C'est, cependant à l'echelle individuelle que les ravages se font le plus sentir. Bien à toi Ali.

Voir le profil de l'utilisateur

7 hommage, deuxième partie 2 le 05/07/10, 01:49 am

.....L'ECOLE EST FINIE ....? NON


DONNE MOI TA MAIN ET PRENDS LA MIENNE, LA CLOCHE A SONNE.....

nous ferons tous une ronde dans la cour du C.E.G de Bou-Saâda et Jacques sera notre chef d'orchestre !

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: hommage, deuxième partie 2 le 05/07/10, 04:51 pm

Jamila


Super Posteur
Super Posteur
Essalam
Je vois que je ne suis pas la seule à verser une petite larme en suivant les hommages magnifiquement relatés par Ali. Notre adolescence et notre jeunesse ont été des moments marqués par l’histoire, nous pouvons être fiers d’avoir eu l’occasion de vivre tous ces événements. Merci Ali en t’extériorisant, tu nous as permis d’en faire autant!

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: hommage, deuxième partie 2 Aujourd'hui à 12:52 pm

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum