Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Langue pendue
Masculin Nombre de messages : 81
Age : 75
Localisation : MULHOUSE
Date d'inscription : 14/05/2010
Voir le profil de l'utilisateur

Hommage première partie.

le 16/05/10, 07:31 pm
Je constate que les discussions se focalisent sur une période trop courte de l'histoire du cours complémentaire "Lucien CHALLON" aujourdhui rebaptisé "SIDI THAMEUR" du nom d'un des deux fondateurs de la ville de BOU-SAÄDA, l'autre étant "SIDI SLIMANE BEN RABEA".
Alors pour élargir un tant soit peu le débat, je voudrais rendre hommage -bien que posthume- à M. YVES CHRISTEN, le directeur du collège et de l'école primaire qui lui était rattachée. Prof de maths/science attitré de la classe de troisème, il nous a inculqué la valeur de l'effort personnel, la rigueur dans le travail et, par dessus tout, le sens de la tolérance. Jamais je n'ai senti chez lui une différence de traitement à l'égard de ses élèves, qu'ils soient des quartiers les plus modestes de la ville (mouamines, bab lebouib...) ou des plus aisés comme "le plateau". Il serait d'ailleurs intéressant de faire une étude sociologique de la répartition de la population par rapport à la géographie de la ville et mesurer l'impact qu'elle a eu sur nos souvenirs, forcément séléctifs. Je reviendrai sur ce point une autre fois.

M. CHRISTEN -"bou alla"- comme le surnommaient gentiment certains de mes camarades de classe qui se reconnaîtront j'en suis convaincu, nous maitrisait si bien que nous nous mettions en rang devant les classes du bas bien avant qu'il n'apparaisse au dessus des escaliers qui descendaient vers le jardin et, dès ce moment, c'était silence radio. Nous le craignons au point d'éviter par tous les moyens de le rencontrer dans la rue Je me souviens qu'un jour nous chantions à tue-tête, "auprès de ma blonde", dans les jardins de mairie quand il apparut au coin de la rue et ce fut le sauve qui peut.
Sa "panhardt" était la seule voiture de la ville qui nous renseignait, par son vombrissement caractéristique, sur ses déplacements à Alger.
avatar
Rang: Administrateur
Nombre de messages : 465
Localisation : alger
Date d'inscription : 22/01/2006
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Hommage première partie.

le 17/05/10, 01:15 am
Si Ali je te souhaite la bienvenue et ton concours pour enrichir les discussions sur notre forum est le bienvenu et surtout de partager avec nous ton riche passé. Cette espace de discussion et de convivialité est là pour que les ainés que nous sommes transmettent aux générations suivantes les trésors culturels et les choses qu'ils n'ont pas connus. Merci !

_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Langue pendue
Masculin Nombre de messages : 97
Age : 87
Localisation : france
Date d'inscription : 25/01/2006
Voir le profil de l'utilisateur

hommage 1ere partie

le 17/05/10, 10:45 am
Je tiens moi aussi à féliciter Ali pour nous avoir rejoints . Ali j'avais perdu ton adresse E.Mail , mais tout rentre dans l'ordre . Tu as l'air d'avoir des souvenirs intacts . C'est bien ! Fais nous en profiter .
Amitiés. Jacques
avatar
Langue pendue
Féminin Nombre de messages : 60
Age : 35
Localisation : BOUSAADA
Date d'inscription : 21/11/2007
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Hommage première partie.

le 19/05/10, 10:59 pm
CHERIF Ali a écrit:Je constate que les discussions se focalisent sur une période trop courte de l'histoire du cours complémentaire "Lucien CHALLON" aujourdhui rebaptisé "SIDI THAMEUR" du nom d'un des deux fondateurs de la ville de BOU-SAÄDA, l'autre étant "SIDI SLIMANE BEN RABEA".
Alors pour élargir un tant soit peu le débat, je voudrais rendre hommage -bien que posthume- à M. YVES CHRISTEN, le directeur du collège et de l'école primaire qui lui était rattachée. Prof de maths/science attitré de la classe de troisème, il nous a inculqué la valeur de l'effort personnel, la rigueur dans le travail et, par dessus tout, le sens de la tolérance. Jamais je n'ai senti chez lui une différence de traitement à l'égard de ses élèves, qu'ils soient des quartiers les plus modestes de la ville (mouamines, bab lebouib...) ou des plus aisés comme "le plateau". Il serait d'ailleurs intéressant de faire une étude sociologique de la répartition de la population par rapport à la géographie de la ville et mesurer l'impact qu'elle a eu sur nos souvenirs, forcément séléctifs. Je reviendrai sur ce point une autre fois.

M. CHRISTEN -"bou alla"- comme le surnommaient gentiment certains de mes camarades de classe qui se reconnaîtront j'en suis convaincu, nous maitrisait si bien que nous nous mettions en rang devant les classes du bas bien avant qu'il n'apparaisse au dessus des escaliers qui descendaient vers le jardin et, dès ce moment, c'était silence radio. Nous le craignons au point d'éviter par tous les moyens de le rencontrer dans la rue Je me souviens qu'un jour nous chantions à tue-tête, "auprès de ma blonde", dans les jardins de mairie quand il apparut au coin de la rue et ce fut le sauve qui peut.
Sa "panhardt" était la seule voiture de la ville qui nous renseignait, par son vombrissement caractéristique, sur ses déplacements à Alger.

Bienvenue dans ce forum Smile
Contenu sponsorisé

Re: Hommage première partie.

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum