BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » hommage, première partie (suite5)

hommage, première partie (suite5)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 hommage, première partie (suite5) le 26/05/10, 12:06 pm

CHERIF Ali


Langue pendue
Tout dabord qu'on me pardonne les nombreuses fautes d'orthographe. Ecrivant en général assez tard le soir et ne maîtrisant pas suffisamment le clavier,je ne me relis que rarement. Le plus souvent, sous l'effet de l'émotion qui m'envahit quand j'évoque des instants précis et chers de mon passé, les phrases s'entrechoquent dans ma pensée, se bousculent, chacune voulant passer la première, ce qui souvent fausse les accords au sens grammatical et musical du terme. Et puis, des fois, il faut l'avouer, il s'agit simplement de fautes. celà dit, revenons à nos moutons.
Telle était la situation socio-politique de Bou-Saâda avant l'indépendance. Les trois religions, l'hébrahique, la chrétienne et l'islam cohabitaient, sans problème, chacune avec son temple respécté de tous et il est à remarquer que nous les musulmans n'avons qu'un seul mot pour désigner ces "maisons de Dieu": le mot "jama3" ou mosquée et nous disons mosquée des Juifs, mosquée des Chrétiens .... Revenus d'Espagne avec les Arabes chassés par la reconquête, les juifs se sont installés au maghreb en épousant les us et coutumes de ses habitants.

Microcosme de la société, la classe reflétait cette situation: nous vivions en bonne entente avec nos camarades chrétiens et juifs: Je me souviens qu'une camrade juive, ATTIA Simone, chez qui j'alllais souvent le jeudi chercher le livre d'anglais pour faire mes devoirs, m'avait une fois glissé un mot, alors qu'elle était assise derrière moi avec la chrétienne SANTONI Anne-Marie, oû elle me demandait ce que je pensais de la religion et j'avais répondu:"J'aime ma religion et je respecte toutes les autres". Puisse Simone ou Anne- Marie confirmer mes mots!

Malheureusement, sur le plan institutionnel, il n'en allait pas de même! Les clivages ethniques ou raciaux - c'est selon- et religieux étaient institutionalisés mais nous n'en étions pas conscients. Le decrêt CREMIEUX de 1870 offrait la pleine citoyenneté aux juifs d'algérie mais laissait les natifs, les indigènes sous le bien nommé code de l'indigénat, c'est à dire non des citoyens mais des sujets. Il a fallu attendre 1958, presque un siècle plus tard pour que sous la pression des évènements Charles DE GAULLE déclare , à Alger, dans son fameux discours au Forum, qu'"en Algrérie, il n'y a que des Français à part entière".

Comment n'a-t-on pas compris qu'avec des decrêts de cette sorte qu'on semait les vents qui allaient bientôt se transformer en tempêtes avec leurs cortèges de drames humains? Comment peut-on pousser l'indécence jusqu'à chercher à glorifier un système colonial qui s'assujettit en assujettant des millions d'êtres humains?

Voir le profil de l'utilisateur

Benaziez


Rang: Administrateur
Bravo mon cher ami Ali, du haut de ta chaire tu nous administres un cours magistral digne d’un grand intérêt sur notre cité. Il faut reconnaître la maîtrise de l’analyse de ton sujet et l’étude avec détails du microcosme que constituait à cette époque notre ville. Une interprétation sociologique et parcellaire des différentes entités existantes vivant en autarcie chacune dans son périmètre du tissu urbain mais activant tous dans la dynamique économique de la ville, chacun selon son statut. Tu as bien relevé les particularités existantes et le rappel historique complétât merveilleusement le cours.


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

3 Chérif Ali, conteur? le 26/05/10, 10:49 pm

Nicole


Nouveau
complètement "sous le charme" de Chérif Ali!
J´espère que tu seras là au pot de l´amitié... uniquement pour le plaisir de t´écouter des heures entières.

Voir le profil de l'utilisateur

4 hommage, première partie, suite 5 le 28/05/10, 06:42 pm

JE CONFIRME ET JE SUIS TRES FIERE D'ETRE TON AMIE

ANNE MARIE SANTONI

Voir le profil de l'utilisateur

5 merci le 28/05/10, 10:22 pm

CHERIF Ali


Langue pendue
Merci Anne-Marie d'avoir confirmé mes dires et je suis très flatté de t'avoir comme amie. Puiissions nous ne plus nous perdre de vue!!!
Merci, encore une fois, Nicole pour ton gentil message. Ali CHERIF

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: hommage, première partie (suite5) Aujourd'hui à 04:49 pm

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum