BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » hommage, deuxième partie 3

hommage, deuxième partie 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 hommage, deuxième partie 3 le 06/07/10, 01:47 am

CHERIF Ali


Langue pendue
Mais il suffit de baisser légèrement la tête pour que cette vision de désolation se change en l'espérance d'un jardin au sens biblique et - j'ajouterais - coranique du terme tant et si bien que les deux textes religieux désignent le paradis par le vocable de "jardin". Ne parlent-ils pas des jardins de l'Eden? Cette espérance est, cependant, quelque peu suspendue; car, dès que l'on commence à appréhender les vertes chevelures des palmiers de la rive droite de l'oued, voilà que le belvédère des Ouled Hamida, portant les maisons dont on ne voit que les terrasses dominées par le haut et svelte minaret de la mosquée du quartier et le mausolé de son saint patron, vient réduire notre horizon tout en introduisant un peu plus d'"humanité" dans notre paysage.

Baissons un peu plus la tête et là, regardez bien! Oui, c'est notre CEG! Il est là, tel qu'il était il y a plus d'un demi-siècle! Rappelez-vous! De notre promontoire nous avons une vue plongeante sur l'ensemble de l'établissement: d'abord le jardin qu'on pourrait qualifier de 'potager" car il était confié à ce qu'on appelait "le balayeur" dans le temps et qui y plantait un peu de tout; ensuite la cour limitée, à droite par le mur du jardin attenant et contre lequel on avait le "terain " de vollley; à gauche par des maisons; en face, par la bâtisse du CEG avec, en position centrale les larges marches de l'escalier menant aux classes de cours qui occupent le seul étage alors que le rez-de -chaussée était occupé- sur le côté gauche des escaliers- par de salles voûtées où on subissait de rares visite médicales; sur le côté droit se trouve un préau où on entassait le bois de chauffage pour les poêles des classes. C'est de ce côté que se trouve la sortie "du bas" du CEG qui raccourcissait le chemin des "gens du plateau" car elle débouche sur une artère proche du centre de la ville.

Fixons notre regard sur les salles de classe: en haut des escaliers, à droite la classe de Maths/science et Français où enseignait Mrs CHRISTEN et RULLIER. On y accède par deux ou trois marches. Vient ensuite, sur la gauche la classe d'Arabe de M. BENSLAMA; un couloir la sépare sur la gauche de la petite salle de Mme DE LASSEN, notre bien aimée prof d'anglais. Enfin, la classe de M. TOUMI, une classe où on faisait aussi bien des maths, de la physique ou du dessin. Au sujet de cette salle, un détail m'a beacoup interpellé: c'est la présence d'une armoire au-dessus de laquelle trônait un crâne humain, un vrai. Jusqu'à aujourd'hui une question d'ethique me hante: avons nous le droit de "manipuler" ainsi les restes humains sans aucun consentement?

Une balustrade en bois court le long du large couloir qui permet l'accès aux classes et sert de garde-fou aux élèves qui veulent voir ce qui se passe dans la cour.Un rampe de même bois protège l'escalie et apporte assistance à celui dont les "vieux os" ne répondent plus comme il se doit.

Voilà, le décors est à peu près planté. Que la ronde des souvenirs commence! Allons mes chers mamies et papys, convoquons les fantômes de notre passé! débarrassons- nous de nos carcasses actuelles et allons les rejoindre; allons nous fondre en eux! Commençons notre descente vers le COURS COMPLEMENTAIRE DE BOU-SAADA, notre matrice!

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum