BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » Retraite

Retraite

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Retraite le 02/08/07, 03:10 am

kachina


mordu
mordu
Une révision du dispositif s’impose



«La pérennité du système national de retraite, sujet à des déficits de plus en plus importants, exige la révision de son dispositif pour assurer à long terme le paiement régulier des pensions des retraités». C’est la déclaration faite hier à la direction générale de la Caisse nationale de retraite (CNR) et rapportée par l’APS. Selon la même source, «le système national de retraite a fait face à d’énormes difficultés financières pour assurer le paiement régulier des pensions de retraite».
Il n’a, également pas cessé d'enregistrer des déficits de plus en plus importants, alors que les recettes et les dépenses de la CNR ont évolué à des rythmes différents». D’après une enquête réalisé, les recettes ont connu une croissance modérée alors que les dépenses ont évolué beaucoup plus rapidement. La croissance modérée des recettes est due, notamment, à la situation générale de l'emploi.
Par ailleurs, le rapport démographique passe de 2,4 actifs cotisants pour un bénéficiaire d'une pension ou d'une allocation de retraite en 1998 à 2,80 en 2005, selon les statistiques officielles de la direction nationale de la CNR. La population active est estimée à 3 millions de travailleurs salariés pour 180 000 retraités. Le déséquilibre est dû également à la faiblesse du taux de cotisation qui n'a jamais été en adéquation avec le niveau des avantages servis par le régime de retraite et aussi aux départs précoces de la vie professionnelle de milliers de travailleurs dans le cadre du dispositif de l'ordonnance du 31 mai 1997. Plus explicites, les responsables de la CNR estiment que «chaque départ en retraite est la perte d'un cotisant». Et d’ajouter que «le manque à gagner en matière de recettes est estimée pour l'année 2005 à 1,14 milliard de dinars». Il y a lieu de noter que «la facilitation des départs à la retraite avant l'âge légal a généré une charge financière additionnelle de l'ordre de 5 milliards de dinars par an alors que dans les pays développés, l'employeur, qui facilite les départs anticipés cotise pour ne pas déséquilibrer la caisse de retraite».
Il y a lieu de rappeler que plusieurs travailleurs de la Fonction publique ont été contraints de demander la retraite anticipée, après la dissolution de plusieurs entreprises étatiques. En fait, c’était la seule solution afin d’éviter le chômage.
Selon les déclarations faites par la CNR et rapportées par l’APS, «les déficits successifs enregistrés par le système de retraite ont contraint la CNR à puiser dans ses réserves pour faire face à ses obligations». En termes de chiffres, la CNR disposait en 1986 d'une réserve de 11,84 milliards de dinars qui correspondait à une couverture de 32 mois de pensions. Ces réserves, selon les interlocuteurs, «sont aujourd'hui totalement épuisées». Pour faire face à cette situation, les responsables ont suggéré d'apporter «des modifications au dispositif de retraite sans toucher aux fondements». Parmi les mesures prises pour garantir la pérennité du système national de retraite, le relèvement en 2006 du taux global de cotisation au titre de la branche retraite qui passe de 16% à 17,25% (10% employeur, 6,75% salarié et 0,50% fonds des œuvres sociales). Cette mesure permettra, selon la même source, au régime général de retraite de bénéficier d'un apport additionnel de ressources estimé à près de 11 milliards de dinars au titre de l'année 2007.
En outre, 79 487 retraités de la majeur partie des communes ont reçu des visites d’assistantes sociales qualifiées dans le cadre de l'amélioration de la qualité des prestations et de l'humanisation des relations avec les retraités, selon les déclarations des responsables de la CNR. Cette caisse a engagé depuis 2003, l'assistance et l'aide à domicile en direction des retraités âgés de 70 ans et plus, invalides, handicapés dépendants et vivant seuls, recensés dans le fichier de la CNR. Durant le premier semestre 2007, 4004 visites et 338 démarches et accompagnements administratifs ont été effectués. Cette action consiste à soulager les retraités des contraintes qu'ils rencontrent dans l'accomplissement d'un certain nombre d'actes touchant leur vie quotidienne, spécialement ceux en relation avec les services publics administratifs. D’ailleurs, plusieurs retraités ont bénéficié de cures thermales (529), de fauteuils roulants (687), de cartes de gratuité des médicaments (1 995), d'appareils auditifs (224) et 7 332 pour les démarches et accompagnements administratifs. En parallèle, des cellules d'écoute ont été mises en place auprès des agences CNR de wilaya qui ont enregistré, durant la même année 2006, 31 346 requêtes, dont 26 893 (86%) ont été réglées. Concernant les revalorisations en 2006 des pensions et des allocations de retraite, le taux est de 4%. Cette opération a touché 1 614 487 pensionnés et son enveloppe est de 3,12 milliards de dinars. Afin de contribuer à la viabilité et à la pérennité du système national de retraite, le Fonds national de réserves des retraites (FNRR) a été créé en 2006. Les ressources du Fonds sont constituées par 2% du produit de la fiscalité pétrolière, une fraction des excédents de trésorerie des caisses de sécurité sociale. Dans le cadre de l'amélioration du pouvoir d'achat des citoyens en général et des pensionnés en particulier, il a été décidé de relever les petites pensions à travers notamment l'institution d'une indemnité complémentaire mensuelle au profit des titulaires de pensions de retraites et d'invalidité (ICPRI), dont le montant mensuel est inférieur à 10 000 DA et d'une indemnité complémentaire mensuelle au profit des titulaires d'allocations de retraite (ICAR) dont le montant mensuel est inférieur à
7 000 DA. La mesure a concerné 900 000 bénéficiaires et a engendré une incidence financière de 7 milliards de dinars au titre du deuxième semestre 2006. Notons que le système de retraite national se situe parmi ceux qui «accordent la meilleure protection au regard des principaux paramètres d'appréciation, à savoir l'étendue de la population couverte, le taux de remplacement du revenu d'activité (montant des pensions), le mode de revalorisation des pensions, le montant minimum de pension et la protection des ayants droit. Il va sans dire qu’avec le coût actuel de la vie, le montant d’une retraite est au-dessous de la moyenne.

D'après:
La Nouvelle République

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum