BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Actualités » Bou Saada en 1945

Bou Saada en 1945

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Bou Saada en 1945 le 08/04/09, 12:36 am

DHIAB Ben Ghanem


Langue pendue



Je tiens à remercier vivement celui qui a posté la vidéo sur la France coloniale.Elle devrait faire l'objet d'une projection publique dans les établissements scolaires et commentée par ceux,encore vivants, qui ont vécu pieds nus et fait la queue pour une miche de pain et une poignée de datte sèches.Certains d'entre nous continuent encore à sublimer cette époque. Décidément,l'Algérien ne sait vendre ni sa misère de l'ère coloniale, ni sa truffe de l'indépendance.

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Bou Saada en 1945 le 11/04/09, 07:16 pm

Benaziez


Rang: Administrateur
Salut mon ami Dhiab, Kachina me confirme qu’il n’est pas l’auteur du post. C’est donc notre ami Hamdi l’administrateur en chef de notre forum qui en est l’auteur. Il faut avoir vécu cette époque et connu de près la misère et les souffrances de la précarité et du dénuement pour mesurer la dureté de l’impact subit par la population que le joug colonial a assujettie. Cette période est peut être lointaine mais existera toujours dans notre mémoire et je corrobore tes dires afin de combattre l’amnésie.


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Bou Saada en 1945 le 11/04/09, 11:03 pm

kachina


mordu
mordu
Salut mohamed salut tout le monde.

Oui je confirme:
Ce n'est pas moi qui ai posté cette vidéo d'accueil.
J'aurais aimé répondre a notre ami diab puis j'ai renoncé par peur de polluer un sujet aussi sensible que notre histoire nationale.
D'ailleurs j'étais nul en histoire. (Les mauvaises langues disent que je le suis toujours)
Enfant, je vendais les journaux à la Rue d'Isly, place Bugeaud, Square Bresson, Rue Rovigo.
A l'époque on choisissait un titre accrocheur et on le criait à haute voix pour attirer les clients
Je me rappelle qu'un jour je criais:
- 3 hors la loi abattus ! 3 hors la loi abattus...

Un monsieur arabe d'un certain age m'appelle. Je croyais qu'il allait acheter un journal. Je lui en tends un. Il tend sa main mais au lieu du journal il m'attrape par l'oreille gauche et me soulève. J’ai senti mon oreille arrachée. Puis sans me lâcher il commence une série de questions auxquelles il répondait lui même.
- tu sais ce que c'est qu'un hors la loi ??
- c'est un bandit
- et tu sais qui ils sont ces 3 hors la loi ??
- Ceux sont des hommes qui se sacrifient pour toi. Pour que tu ailles à l'école, pour que tu vives libre au même titre que ceux qui les ont abattus.
Pendant ce temps, tout en souffrant, en pleurant et en acquiesçant de la tête pour lui faire comprendre que j’ai appris la leçon, j'attendais que mon oreille se détache de ma tête.
Je lui ai dit que j'étais orphelin et que je travaillais pour nourrir mes frères et sœurs. Des bobards qu'on avait appris par cœur et qu'on récitait à chaque fois qu'on a des pépins.
Il me lâche puis, me fixe et me demande quel journal tu vends ?
- La dépêche ou l’écho d’Alger (j’ai oublié lequel des deux.)
- Alors annonce le titre du journal et ne répète plus ce que tu viens de dire.

Une anecdote parmi tant d’autres

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum