BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Actualités » Bush et les chaussures volantes!

Bush et les chaussures volantes!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Bush et les chaussures volantes! le 17/12/08, 06:26 pm

Jamila


Super Posteur
Super Posteur
Je trouve que l’adieu de Bush à l’Irak qui s’est terminé avec des chaussures volantes aura marqué l’actualité de l’année 2008 et restera dans les annales. Laughing
Essalam toutes et à tous

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Bush et les chaussures volantes! le 17/12/08, 11:04 pm

kachina


mordu
mordu
.




et si vous voulez vous amuser, Cliquez ICI



Dernière édition par kachina le 24/12/08, 02:06 am, édité 1 fois

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Bush et les chaussures volantes! le 20/12/08, 01:34 am

Benaziez


Rang: Administrateur
Muntadhar al-Zeidi :

Il n a pas raté l’occasion pour exprimer à sa façon ce qu’il pense de la politique de Bush en Irak et ses effets dévastateurs
Laughing


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Bush et les chaussures volantes! le 20/12/08, 02:00 am

Benaziez


Rang: Administrateur
Chronique
L'Intifada de la chaussure, par Christian Salmon
LE MONDE | 19.12.08 |


Pour son dernier Noël à la Maison Blanche, G.W. Bush a donc reçu en cadeau une chaussure de la part des veuves, des orphelins et des victimes de l'intervention américaine en Irak, un "baiser d'adieu" comme le lui a perfidement dédicacé, joignant le geste à la parole, le désormais célèbre lanceur de sandale. Certains représentants du régime irakien n'ont pas manqué d'observer que ce geste était déplacé ; qu'il eût été, entre gens civilisés, plus judicieux de poser une question embarrassante au président américain ; d'autres n'ont pas craint d'affirmer qu'il contrevenait à la fameuse tradition arabe d'hospitalité qui recommande, comme chacun sait, d'accueillir en grande pompe et de fêter l'occupant militaire en le couvrant de fleurs et de baisers.

Mais, dans la majorité des cas, on y a vu un symbole de la désastreuse équipée américaine en Irak. "L'attentat à la chaussure a transformé le voyage de Bush en fiasco en termes de relations publiques, commente Sudarsan Raghavan, correspondant du Washington Post à Bagdad, et il a éclipsé le message officiel d'une victoire imminente dans une guerre longue et impopulaire."
Comme elle nous semble irréelle, en effet, l'image de Bush atterrissant, le 1er mai 2003, sur le porte-avions Lincoln, à bord d'un avion de chasse, pour annoncer la fin des opérations devant l'inscription : "Mission Accomplished". A l'époque, le commentateur de Fox News ne s'en cachait même pas : "C'était fantastique comme théâtre." Et David Broder, du Washington Post, avouait qu'il avait été subjugué par la "posture physique" du président. C'est Scott Sforza, un ancien producteur d'ABC, qui a créé les nombreux arrière-plans devant lesquels Bush a fait ses déclarations les plus importantes : le 15 août 2002, par exemple, quand il s'exprima solennellement sur la "sécurité nationale" devant la falaise de Mount Rushmore (Dakota du sud), où sont sculptés les profils des présidents Washington, Jefferson, Lincoln et Roosevelt. Le visage de Bush s'y superposait comme par enchantement.
Michael Deever, qui avait mis en scène en 1980 la déclaration de candidature de Ronald Reagan, ne tarissait pas d'éloges sur les cadreurs de George Bush : "Ils comprennent l'image comme personne avant eux. Ils ont compris que ce qu'il y a autour de la tête est aussi important que la tête." En jetant ses chaussures au nez de G.W. Bush et à la barbe du premier ministre irakien, le journaliste de la chaîne Al-Bagdadia n'a pas seulement exprimé son opposition à l'occupation militaire de l'Irak, il a produit un surprenant effet de réel dans un simulacre, un véritable "décadrage" du récit de la guerre par l'administration Bush. Autour de la tête de G.W. Bush - cette fois, les cadreurs du président étaient pris de court - il n'y avait plus les signes de la puissance, mais une chaussure qui fendait l'air...
Cet épisode, qui a provoqué sur le Web une hilarité de bon aloi, restera sans doute dans les mémoires l'équivalent, à l'ère du numérique, de ces vignettes qui agrémentaient nos livres d'histoire d'anecdotes, comme le "vase de Soisson" ou "le coup d'éventail" du dey d'Alger au consul de France Deval.
Comme Dagobert, le célèbre roi culotté, George W. Bush restera peut-être pour la postérité le président chaussé ! N'a-t-il pas terminé son mandat comme il l'avait commencé : sous le signe de la chaussure. Le 20 janvier 2000, il avait inauguré sa présidence en exhibant fièrement sous son smoking une paire de bottes texanes brodées des initiales GWB. Un geste imité, quatre ans plus tard, par des milliers de ses partisans au bal "Smokings et bottes", organisé par l'Etat du Texas, où l'on compta jusqu'à 12 000 paires de bottes et presque autant de chapeaux de cow-boy. " C'est bon de porter de nouveau des bottes", s'exclama le vice-président Dick Cheney à cette occasion. Les plus fervents partisans du président affichaient le modèle officiel, noir, en alligator, au blason "Investiture présidentielle 2005" - prix : 3 000 dollars -, alors que le modèle féminin était orné de roses jaunes, autre symbole du Texas.
La semelle impertinente de Mountazer Al-Zaïdi, qui est venu défier le front présidentiel au cours du voyage d'adieu de G W. Bush en Irak, a donc tout d'un effet boomerang. Un retour du signe refoulé, celui du "foulement" justement...
A trop célébrer le signe martial du "foulement", on risque d'être humilié par la vertu carnavalesque de la semelle. Il n'est pas nécessaire d'évoquer en effet les "patins" crottés de Gargantua et leur couche de terre collée à la semelle pour déceler dans la performance du lanceur de chaussures, non pas le geste codé de l'insulte dans la culture arabe, complaisamment commenté par la presse occidentale, mais le signe carnavalesque et populaire du renversement des valeurs. Renversement entre le haut et le bas, le noble et le trivial, le raffiné et le grossier...
Cette chaussure brandie par les manifestants est un formidable pied de nez à la puissance militaire, une réponse carnavalesque des sans-culottes de la mondialisation. Les manifestants de Sadr City ne s'y sont pas trompés : ils ont spontanément brandi au bout de leurs piques le symbole grotesque de la chaussure, et ceux de Nadjaf ont lancé des chaussures sur le passage des chars américains. Ils inaugurent peut-être, après les jets de pierres des gamins palestiniens, une sorte d'Intifada de la chaussure...
________________________________________
Christian Salmon est écrivain.


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Bush et les chaussures volantes! le 20/12/08, 03:50 am

kachina


mordu
mordu
.
ouf, enfin un Homme !!!




.

Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Bush et les chaussures volantes! le 23/12/08, 12:24 am

Benaziez


Rang: Administrateur
Le producteur turc des chaussures lancées contre Bush se frotte les mains cliquez ici


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Bush et les chaussures volantes! le 23/12/08, 08:13 pm

Jamila


Super Posteur
Super Posteur
J’espère que Mountazer al-Zaïdi n’a pas perdu ses chaussures au cours de son arrestation, c’est quelque chose de précieux!!!! Plus tard elles pourront lui rapporter gros!!!
Essalam à toutes et à tous

Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Bush et les chaussures volantes! le 25/12/08, 08:45 pm

kachina


mordu
mordu
Un moment d’histoire
Par Amine Lotfi El watan



Il ne se passe pas un jour sans que le lancer de chaussures sur George Bush par le journaliste irakien Mountadar Zaidi ne suscite réactions et commentaires. Pour ce geste, qui lui a valu la sympathie la plus unanime, Zaidi est passible d’une lourde peine de prison. Le tribunal irakien chargé de le juger assimile déjà son acte à un quasi crime de lèse-majesté. Il est vrai que le ridicule, tout comme les chaussures du journaliste irakien, n’a tué personne dans cette affaire. Car, enfin la question vaut d’être posée : la dignité de Mountadar Zaidi, et à travers lui celle des Irakiens, vaut-elle moins que celle de George Bush tout président des USA qu’il est ? Zaidi était d’une certaine manière en état de légitime défense face à un étranger qui s’est arrogé le droit d’occuper l’Irak et d’y faire des centaines de milliers de morts.

Il n’est pas possible d’exonérer le président américain d’une agression autrement plus grave, autrement plus condamnable que celle commise par le journaliste irakien. Les chaussures de Zaidi ont certainement fait moins de mal que les boots des militaires de la coalition internationale qui ont piétiné l’Irak sans que cela ne suscite la moindre émotion chez ceux-là mêmes qui s’acharnent à présenter George Bush comme une victime. Qui jugera les soldats américains pour avoir profané, en le foulant aux pieds, l’Irak ? Mountadar Zaidi pouvait ressentir la présence de George Bush à Baghdad comme une insupportable provocation. Quel est le journaliste américain qui aurait accepté que les USA soient militairement occupés et qu’un chef d’Etat étranger vienne en conquérant à New York et Washington ? Mountadar Zaidi n’a manqué ni de sang-froid ni de retenue ; il s’est comporté en patriote irakien et, il faut bien le souligner, en homme debout.

Sa comparution, vite programmée, devant un tribunal irakien tournera d’autant plus à son avantage que cette cour fera figure de tribunal de l’histoire.Le verdict des juges de Mountadar Zaidi n’altérera pas aux yeux de l’opinion internationale le sentiment qu’il s’agit d’un simulacre de procès. Mountadar Zaidi est déjà fort de la victoire symbolique d’avoir ridiculisé l’homme le plus puissant de la planète en le montrant sous son vrai jour : celui d’un président américain sans envergure ni consistance, qui quitte la scène dans une ultime pantalonnade qui n’a même pas mis les rieurs de son côté.George Bush qui s’était habitué à ce que ses courtisans lui cirent les chaussures, au propre comme au figuré, ne s’attendait pas qu’à Baghdad, un Irakien lui jette les siennes à la figure. Et c’est sans doute à cette image peu gratifiante que son nom restera associé. Mountadar Zaidi aura, lui, d’autres motifs d’entrer dans la postérité. Il suffira, pour cela, qu’il sache où mettre les pieds.

Par Amine Lotfi
.

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Bush et les chaussures volantes! Aujourd'hui à 07:21 pm

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum