BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » LITTERATURE

LITTERATURE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 LITTERATURE le 10/04/06, 10:51 am

Benaziez

avatar
Rang: Administrateur
Khalil Gebran

Quand l'amour vous fait signe, suivez le.
Bien que ses voies soient dures et rudes.
Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.
Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.
Et quand il vous parle, croyez en lui.
Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.
Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier.
De même qu'il vous fait croître, il vous élague.
De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil,
Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre.
Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.
Il vous bat pour vous mettre à nu.
Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.
Il vous broie jusqu'à la blancheur.
Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple.
Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.
Toutes ces choses, l'amour l'accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.
Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l'amour et le plaisir de l'amour.
Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l'amour vous moissonne,
Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.
L'amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.
L'amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.
Car l'amour suffit à l'amour.
Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, "Dieu est dans mon cœur", mais plutôt, "Je suis dans le cœur de Dieu".
Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour car l'amour, s'il vous en trouve digne, dirige votre cours.
L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.
Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu'ils soient ainsi :
Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.
Connaître la douleur de trop de tendresse.
Etre blessé par votre propre compréhension de l'amour ;
Et en saigner volontiers et dans la joie.
Se réveiller à l'aube avec un cœur prêt à s'envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d'amour ;
Se reposer au milieu du jour et méditer sur l'extase de l'amour ;
Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;
Et alors s'endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.
[/b]

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: LITTERATURE le 10/04/06, 09:02 pm

Jamila

avatar
Super Posteur
Super Posteur
Essalam à tous(tes) et ya salam et merci à Mohamed de nous faire transiter délicatement de l’historique au littéraire avec un soupçon de parfum printanier qui évoque le romantisme et l’amour, ce sentiment qui nous fait souvent défaut surtout au siècle actuel, où l’agressivité est quasi présente. J’aimerais savoir de quelle œuvre de Gabran tu as tiré ce beau passage, en attendant la suite bien sûre.
Jacques c’est dommage que tu n’as pas eu Mohamed dans une de tes classes, je pense que tu aurais été fier de son amour pour la littérature.
Salutations amicales

Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: LITTERATURE le 12/04/06, 01:22 pm

Benaziez

avatar
Rang: Administrateur
Bonjour, à toutes et tous. Jamila merci ! Tout l’honneur aurait été pour moi si j’avais été l’élève de Jacques. Ton témoignage l’honore et le glorifie. Gibran Khalil Gibran est surtout un grand écrivain et poète arabe ; il faisait partie des poètes de l’exil ( chouara el mahjar ). Dans la littérature arabe contemporaine il est incontournable. Les écrivains et poètes libanais ont beaucoup donné à la littérature arabe et enrichi ses titres de noblesses.
Le poème ″l’amour ″ est tiré du livre « le prophète »

«Le prophète»: un livre culte…
Livre culte que celui du Prophète, livre qui a été traduit dans toutes les langues du monde (plus de quarante langues, dont plusieurs versions en français!) et que les intellectuels, arabes ou occidentaux, tiennent comme un ouvrage de référence. Sur plus d’un plan, aussi bien littéraire que philosophique. Gibran a porté cet ouvrage plus de vingt ans avant de le coucher définitivement noir sur blanc. C’est cette genèse et cette gestation que tente de raconter un peu le spectacle dramatique des Rahbani où l’homme, le poète et le philosophe tentent de faire surgir de l’ombre la voix et le profil du prophète. Dualité qui se «love» parfaitement dans un spectacle en grande pompe, recourant à tous les subterfuges de la scène, dans le cadre majestueux et millénaire de Byblos. Pour cette entreprise colossale, un peu péplum des planches, plus d’une centaine d’acteurs, de comparses et de figurants. En tête de peloton, on cite volontiers les noms de Ghassan Saliba, Rafic Ali Ahmed, Julia Kassar et bien d’autres. Signée sur le plan musical par Oussama Rahbani (qui a toujours eu la fascination des grands thèmes éthérés: qu’on se rappelle Et il ressuscita le troisième jour!), cette œuvre a pour librettiste Mansour Rahbani. La mise en scène porte la griffe de Marwan Rahbani. Pour le décor, on a fait appel à Agnès Treplin, déjà complice des Rahbani dans Et il ressuscita au troisième jour. Prévu initialement pour le 17 août, Gibran et le prophète a été reporté au lundi 22 août, et sera aussi donné aussi les 23, 24 et 25 août courant. Oyez, oyez, bonnes gens d’Orphalèse, al-Moustapha, chantre de la vie, brise les chaînes du silence et apporte, avec la houle du vent, un air de liberté.
Par Edgar Davidian pour L'Orient-LeJour

• Une rêverie poétique d'Orient
Il y a toujours des livres qui semblent échapper à toute échelle de valeurs ; des livres qui vivent et souvent nous enseignent ce que les sciences et les doctrines traditionnelles ne savent pas, ne peuvent ou ne veulent pas voir. Le Prophète de Khalil Gibran est un de ceux-là. Dès sa parution en 1923, le succès fut immédiat. Ce texte fait aujourd'hui partie des grands classiques de la littérature mondiale.
Le mystère de ce succès n'est peut-être pas si difficile à percer : le message du livre est universel, hors temps et facilement accessible au plus grand nombre car il parle à l'âme et au coeur de nous tous, au delà de toute appartenance à une culture d'origine, une langue ou une religion. Tout comme résident en nous ces questions essentielles sur...
la joie, la douleur
l'amour, l'amitié
les enfants, le mariage
la liberté
la vie, la mort.

http://tyros.leb.net/gibran/indexfr.html
http://beurgay.free.fr/gibranindex.htm

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum