BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » El meouled en'nabaoui de mon enfance.

El meouled en'nabaoui de mon enfance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

CHERIF Ali


Langue pendue
Qui se souvient du paisible rituel de nos mouloud d'antan?

Durant tout le mois du mouloud, les portes des mosquées étaient décorées des plus belles palmes de nos jardins; elles en épousaient les contours et supportaient les chapelets de lampes multicolores dont la douce lumière conférait à nos ruelles, le soir, une atmosphère particulière de joie tranquille égayée par les rires des enfants sur le chemin de ces lieux de prière. A mesure que les gens du quartier affluaient, apportant qui des boites metalliques pleines de gaufretes, qui des theières ou cafetières, qui des paquets de bonbons ou de cacahuettes ou de mélanges de fruits secs et d'amandes! C'était cela qui nous attiraient, nous, les enfants et nous nous asseyions en tailleur, sur les nattes en alfa recouvertes de tapis tissées dans les maisons du quartier et offertes en signe de dévotion à la mosquée. Blottis contre nos parents nous attendions que les chants à la gloire du Prophète commencent; mais ce sont surtout les poses entre les louanges qui nous intéressaient car c'était le moment oû des bénévoles passaient entre les rangs et distribuaient les différentes friandises.

Qui se souvient de Si Taieb Ben Zdeira (Ouali)? Allah Yarhamou. Sa très belle et très puissante voix dominait le groupe qui chantait les louanges,ces poèmes religieux écrits dans une langue arabe mélodieuse, riche en sonorités et en expression lexicale que la parfaite diction de Si Taièb mettait en valeur. Le plaisir esthétique que nous ressentions nous faisait reprendre avec entrain les refrains avec les adultes. C'est lors de ces veillées religieuses que j'ai été sans doute sensibilisé à la métrique poétique, ce qui m'a plus tard aidé dans l'étude de la poésie anglo-saxonne, la métrique anglaise étant très proche de l'arabe. A la fin de chaque veillée, tard dans la nuit, nous rentrions chez nous, heureux d'avoir paratagé avec nos voisins ces moments de quiètude et de paix, attendant que le jour se lève sur une journée pleine d'habits neufs, de visites familiales et d'argent de poche.

C'était l"époque oû nous vivions un islam de paix, de fraternité et de tolérance. A propos de tolérance, je voudrais citer deux expériences que j'ai vêcues dans mon quartier avant l'indépendance:

Vous souvenez-vous de Kédidja Bent Bouras? C'était une dame qui s"habillait en homme pantalon arabe d'homme, gilet avec montre de poche accrochée par une chaînette à la boutonnière, chèche (turban) et, comme il sied à un homme, une canne. Elle fréquentait le marché pour ses affaires, négociait et en imposait aux hommes qui la respectaient. Jamais elle n'a été inquiétée pour son choix de vie qu'elle avait fait après s'être mariée et eu une fille.

Vous souvenez-vous de Amra bent Zoubir? Ne vous laisser pas abuser par le prénom car ce nétait pas une femme mais un homme tellement efféminé qu'il était admis dans certaines familles oû il venait donner un coup de main aux femmes du foyer pour tisser les tapis. Lui aussi n'a jamais subi de discrimination. Ces deux exemples ne sont-ils pas révélateurs d'un état d"esprit de tolérance, d'une volonté de vivre sa foi humblement sans volonté de s'ériger en inquisiteur.

C'est à cet islam originel de fraternité et de paix, de justice et de liberté que j'appartiens et non à l'islam dénaturé par des incultes manipulés par des puissances obscurantistes et encouragés par des forces qui ne veulent voir dans l'islam, par ignorace ou malhonnêté intellectuelle, que l'ennemi à abattre. Non! le problème n'est pas l'islam, le problème c'est l'homme.

Voir le profil de l'utilisateur

Madjnoun


Langue pendue
Merci Si Ali et je partage tout tes dires … elle était Oh combien paisible cette société où la quiétude et le respect d'autrui régnaient partout !

Voir le profil de l'utilisateur

3 Merci le 06/02/13, 07:13 pm

Bonjour,

Merci pour ton message. Ces paroles devraient être martelées, dites et redites car elles sont valables pour toutes les religions et mouvements de pensée.
Il me semble me souvenir du monsieur efféminé, je le trouvais bizarre mais à 12 1/2, à cette époque, je ne savais pas qu'il y avait différentes préférences sexuelles.
Belle fin de semaine à tous

Voir le profil de l'utilisateur

4 slm le 30/10/13, 11:34 pm

salam aleikum,

moi mon souvenirs, c est les bougis les boites de conserves en guise de bougoire, les bouteils de javele couper et redecoré lol

la bonne épauque ! la zlabia et les chants d anachides partout a l exterieure, c etait meme l été lors de nos grandes vacances !!!

meme de bons souvenirs en tete je ne peux m enpecher de préciser que le maoulid c est uniquement de se rapeler de notre prophete et non de faire une fete !!!

Voir le profil de l'utilisateur

Benaziez


Rang: Administrateur
Bienvenue parmi nous bousaadia69


_________________
"Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien."

Socrate
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum