BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Dar Eddhiaf » Israèl...Avenir en proie à l'incertitide

Israèl...Avenir en proie à l'incertitide

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

routier


Invité
Deux écrivains belges estiment la disparition de l’entité sioniste dans deux décennies$$


Richard Lob et Olivier Berkovich ont publié récemment un livre intitulé « Israël… Avenir en proie à l’incertitude », qui prouve que l’avenir de l’entité sioniste est incertain sur le court et moyen terme et que son existence en tant qu’entité politique ou « État » dans 10 ou 20 ans, n’est pas garantie en raison de facteurs internes et externes.

Le site web Arab48 a publié sur son site que le livre des deux chercheurs belges spécialistes de l’entité, « Israël… Avenir en proie à l’incertitude » a été publié en hébreu cette semaine par la maison d’édition Rislingh. Il a également été traduit en langue française par Avner Lahev, et il a connu un grand succès lors de sa publication en Israël surtout au sein des universitaires.

Le livre présente une variété de raisons et de facteurs qui indiquent que l’avenir de l’entité sioniste est incertain. Les deux auteurs belges pensent que la présence de l’entité au Moyen-Orient est menacée si ses dirigeants n’améliorent pas leurs méthodes de faire face aux facteurs externes et internes qui déterminent leur avenir et affectent son existence. Ils énumèrent huit facteurs affectant la présence de l’entité à l’avenir, consacrant un chapitre pour chacun d’entre eux.
Dans le premier chapitre intitulé « Hostilité envers Israël », les auteurs notent que le soi-disant antisémitisme croissant et le sionisme ont une incidence sur l’existence de l’entité, étant donné que cette hostilité n’est pas née d’un patrimoine religieux et culturel de l’Occident, mais des politiques de l’entité. Elle est aussi affectée par les pratiques de déformation, et l’utilisation de l’Holocauste des fins politiques alors la persécution du peuple palestinien continue dans les territoires occupés depuis 1967.
Le deuxième chapitre intitulé « La montée des forces islamiques dans les Etats voisins », aborde la question de la montée des partis islamiques dans les pays voisins, partis qui considèrent l’entité sioniste comme une extension de l’impérialisme occidental. Les deux auteurs prévoient que ce phénomène va augmenter à l’avenir et engendrera des batailles idéologiques, diplomatiques et même militaires contre l’entité sioniste.
Le troisième chapitre a été consacré aux révolutions arabes ou « le printemps arabe », et traite des changements au sein des Etats hostiles à l’entité et l’instabilité persistante (des révolutions arabes). Les auteurs pensent que le changement dans ces pays ne se traduiront pas par une politique unie qui accepte l’existence d’Israël, au contraire, car en cas de paix entre ces pays, ils uniront leurs forces contre l’entité sioniste.
Dans le quatrième chapitre intitulé « Un pouvoir limité », les auteurs parlent de la guerre moderne, et de la nouvelle technologie qui a fourni de nouveaux outils, y compris la possibilité de mener des attaques à distance. Les deux écrivains soulignent que l’entité ne sera pas en mesure de gérer les futures batailles sur le territoire ennemi seulement, et sera vulnérable aux attaques, en particulier sur la bande côtière.
Les auteurs considèrent dans le chapitre cinq « Un soutien en baisse » que la baisse du soutien international à l’entité sioniste est le cinquième facteur qui affecte l’existence d’Israël à l’avenir, les deux écrivains soulignant que la diminution du soutien – en particulier le soutien des États-Unis – a un impact profond sur l’avenir de l’entité. Les auteurs estiment que cette baisse est due à l’émergence d’une nouvelle génération en Europe et aux États-Unis qui ne se sent pas coupable de l’Holocauste, ainsi que l’utilisation par les leaders sionistes de la Shoah pour des raisons purement politiques, et le changement des politiques externes des pays occidentaux avec l’émergence de nouvelles puissances (comme la Chine, l’Inde et le Brésil), et surtout l’intérêt mondial pour accéder aux matières premières qu’Israël ne possède pas.
Le sixième facteur selon le livre, c’est l’opinion publique mondiale. Selon les deux auteurs qu’il répondrait par l’hostilité s’il détermine que les intentions réelles de l’entité de Sioniste sont l’annexion des territoires occupés en 1967, l’exclusion et la marginalisation des Palestiniens. Les auteurs confirment que cette tendance sera renforcée si les juifs du monde continuent à financer l’agression sioniste dans ce domaine (le domaine de la promotion de la construction des colonies).
D’après le livre, un autre facteur qui influence l’existence de l’entité à moyen terme, c’est facteur géographique. Les auteurs notent que l’entité est une petite et étroite superficie, elle peut rien faire face à une attaque organisée par des moyens technologiques avancés contre ses endroits stratégiques.
Le dernier facteur concerne les conflits internes et les contradictions au sein de la communauté sioniste, les auteurs belges mettent l’accent sur les failles et les conflits affaiblissant l’entité à l’intérieur. La croissance démographique joue en faveur des Palestiniens résidant dans les territoires occupée en 1948, aussi à la faveur des colons qui dominent la structure politique et militaire israéliennes. En faite, si les colons réussissent à prendre le pouvoir politique en main, ça donnera des décisions qui sont soumis aux caprices et aux considérations subjectives.

Nazareth-CPI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet

Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum