BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » hommage, première partie (suite 11 et fin)

hommage, première partie (suite 11 et fin)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

CHERIF Ali


Langue pendue
L'année scolaire 60 - 61, nous la passâmes, BENHOUHOU et moi à Dellys oû nous fûmes plongés au milieu de nouveaux camarades de diverses origines mais nous ne retrouvâmes jamais plus la véritable fraternité qu'on avait connue au CEG de Bou-saâda. Quant à MERZOUGUI, (que Dieu ait son âme!), il n'était resté à Dellys qu'une semaine environ avant d'être affecté comme Instructeur du plan de scolarisation (Plan de Constantine lancé par DE GAULE) dans la région de Bouira. Durant cette année, je ne suis revenu à Bou-Saâda que pendant les vacances scolaires, sans pouvoir rendre visite aux anciens camarades et professeurs. La seule fois oû j'étais reourné au CEG fut à la fête de fin d'année scolaire, donnée en soirée, dans l'école primaire: des bâches cachaient la scène et je n'ai pû qu'entendre une petite fille déclamer le poème:"La biche brame au clair de lune". La fraîcheur du soir et la quiètude du moment invitaient à la rêverie et je quittai les lieux sans avoir rencontré qui que ce soit aors que j'étais venu dans l'espoir de revoir ceux que j'avais connus et aimés. Je ne sais quelle est cette force mystérieuse qui m'a toujours fait râter des moments décisifs. La même force (timidité? conscience d'appartenir à une classe sociale donnée? complexe d'infériorité? ou les trois à la fois ) m'empêcha de me joindre à BELABED Moulay, BAIOD Hamza, NASSER René qui étaient attablés dans un café, dans l'ex-rue d'ISLY, a Alger, avec les jumelles SANTONI. C'était vers le mois de mai 61, si je ne m'abuse; je ne fis que les saluer rapidement et passai mon chemin. Et pourtant... !. C'était la dernière que je voyais l'une d'elles et je ne savais pas encore que j'aurai encore l'occasion de revoir l'autre.
.
L'indépendance, pointant à l'horizon, ne nous laissa guère le choix que celui de nous engager nous aussi dans la fonction enseignante. C'est ainsi que je fus affecté comme instructeur à Ain - Mellah, en octobre 61. Mars 62, je fus mis à la disposition du nouveau Directeur de Chalon qui m'utilisa, et pour cause, comme un garçon de courses plutôt qu'un enseignant stagiaire. C'est ainsi qu'en dehors des séances d'observation chez Mme lanusse, je passais mon temps à donner un coup de main au traitement de la paperasse. Celà me donna l'occasion de revoir Mme de LASSEN pour lui faire remplir la demande d'inscription de sa fille dans une école de St Germain en Laye. Je l'ai revue encore une fois dans la petite et agréable poste de Bou-Saâda sans qu'elle s'aperçoive de ma présence. La dernière fois que je la vis, elle sortait du CEG, par la porte d'en bas, accompagnée de M. RULLIER. C'était tard le soir; je suppose qu'il la ramenait chez elle. Là aussi personne ne remarqua ma présence et je n'eus même pas le courage de les saluer. C'était la dernière fois que je les voyais.

Mystère de la vie qui nous fait sortir du néant à un moment et en un lieu donnés. Destin singulier qui nous fait croiser, à un moment et en un lieu donnés, le chemin d'autres êtres qui, bien que différents de nous, nous sont si semblables que nous finissons par les aimer!

Voir le profil de l'utilisateur
PITIE ALI, je pleure en te lisant !
Devant tant de générosité, de profondeur, de sensibilité,
on ne peut qu'être émue ; à bientôt j'espère
ANNE MARIE

Voir le profil de l'utilisateur

CHERIF Ali


Langue pendue
L'émotion est partagée, Anne-Marie! Elle est réelle et c'est elle qui me pousse à me pencher sur le passé, mon passé. La conscience aigüe du passage inéxorable du "TEMPS" me presse à revivre intensemment les moments les plus riches de mon adolescence. Je t'embrasse. Ali.

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum