BOU-SAADA

Bou-Saada mérite son nom plein de promesses; si le paradis est dans le ciel, certes il est au-dessus de ce pays, s'il est sur terre, il est au dessous de lui.


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

BOU-SAADA » Le Café du Village » hommage, première partie (suite7)

hommage, première partie (suite7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 hommage, première partie (suite7) le 02/06/10, 02:02 am

CHERIF Ali


Langue pendue
Je parlais d'histoire, de géoraphie et de français comme matières à travers lesquelles l'acculturation était assurée. En ce qui me concerne ces matières étaient assurées d'abord par Melle MORELLI puis par M.RULLIER (en français). Qui se souvient de Melle MORELLI?
Je n'ai qu'un souvenir vague d'elle. Elle nous faisait lire des extraits de MOLIERE ou de RACINE en lecture dialoguée et on s'amusait assez bien pendant ces séances; mais ce qui était moins amusant c'était le cours d'histoire/géographie oû on ne faisait que copier des pages entières sous une dictée au rythme inférnal: nous en avions les doigts engourdis! Nous étions instruits de tout ce qui concernait la France, "la Mère patrie" mais rien n'était dit de l'Algérie. Ainsi on connaissait la Loire et ses affluents sans les avoir jamais vus mais nous ne savions pas d'oû venait l'oued dans lequel nous barbotions tous les jours! Paris, Rouen étaient à quelques km de Bou-Saâda mais Tunis ou Rabat nous semblaient à des années lumières! Quant à l'histoire n'en parlons pas! On nous avait mis les pantalons à l'envers comme ce bon roi DAGOBERT. Ces quelques exemples suffisent à mettre en relief l'absurdité d'un tel enseignement qui a occulté la culture de ses sujets. Ce que nous regrettons ce n'est pas d'avoir acquis la culture française- une belle culture dont nous sommes fièrs- mais cest le fait qu'elle nous ait été proposée en remplacement de la nôtre, pas comme son complément.

Revenons à Melle MORELLI. Elle pratiquait le tennis dans le terrain situé dans les jardins de la sous-préfecture. Une année plus tard elle fut mutée à Aumale, aujourd'hui Sour - el - Ghozlane, oû nous la retrouvâmes deux ans après, à l'occasion du BEPC que les candidats de Bou-Saâda devaient passer dans cette ville. Ce ne fut qu'une brève rencontre: De sa fenêre, au rez-de -chaussée, elle nous encouragea et nous salua. Ce fut la dernière fois que nous la vîmes. A l'indépendance, j'appris incidemment qu'ellé était partie au Combodge. Qu'il est difficile de quitter les pays du soleil!

années 58 59 et 60 furent des années charnières à plus d'un titre et annonciateurs de boulversements profonds sur tous les plans. Un monde était en train de disparaître à tout jamais, un autre s'annoncait, aux uns portant l'espoir, aux autres le souci. Fidèle au poste malgrè le sentiment d'inquiètude qui commençait à prédomminer, M. CHRISTEN continuait sa mission comme si de rien n'était.

Voir le profil de l'utilisateur

2 hommage, première partie (suite7) le 02/06/10, 02:01 pm

Jacqueline


Super Posteur
Super Posteur
Entièrement d'accord avec vous sur l'histoire de l'Algérie qui aurait dû faire partie de notre bagage culturel au même titre que l'histoire de France !
J'ai fait la dernière année de primaire en France, l'institutrice a abordé la géographie de l'Algérie (sans doute pour la première fois dans son cours) en pensant nous permettre - à ma soeur et moi - de faire part de toutes nos connaissances en la matière, elle a été un peu surprise....c'est nous qui avons appris des choses !

Voir le profil de l'utilisateur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum